le Poppers
Les Solvants organiques
Vous êtes ici : Accueil » Ressources en addictologie » La vie avec les drogues » Poppers et solvants organiques

Les poppers

Drogue « communautaire » très visitée

Les poppers ainsi nommés parce qu’ils font « pop » à l’ouverture, se présentent sous la forme d’une ampoule d’un liquide très volatile (nitrite d’amyle et autres) anciennement indiqué pour ses effets vasodilatateurs dans le traitement d’urgence de la crise cardiaque.

L’effet est immédiat mais très bref (2 minutes). Les poppers ont été interdits et légalisés à plusieurs reprises  ce qui fait qu’ils sont assez présents, et très souvent expérimentés par les jeunes même s’il ne l’adoptent pas (ils viennent au second rang après le cannabis).

Cependant, ils sont surtout utilisés en raison de leurs qualités festives (euphorie, relaxation musculaire), et par une population homosexuelle masculine pour leur effet sur les performances sexuelles.

brochure-aides-chemsex-ghbgbl-1024x576

Ils peuvent être responsables de troubles légers liés à l’hypotension et à l’accélération du rythme cardiaque (céphalées, malaise, vomissement). En cas d’intoxication aiguë, on peut avoir une anémie et des troubles graves, voire létaux, du rythme cardiaque. 

L’utilisation prolongée intensive est responsable d’affections rétiniennes (baisse durable de l’acuité visuelle), de lésions nasales, de dermatoses du visage (croûtes jaunâtres caractéristiques) et de lésions hépatiques.

droguerie-poppers-solvants-organiques

Les solvants organiques : articles de droguerie

Ether, solvants de peinture, détachants, colles, cartouche de protoxyde d’azote pour la pâtisserie (gaz hilarant), ces produit chimiques, inhalés par le biais d’un chiffon imbibé, d’un sac en plastique, d’un aérosol, d’un ballon, provoquent une sensation d’ébriété, d’euphorie, puis de somnolence voire une perte de connaissance.

Ils sont peu utilisés, une personne sur mille en a consommé dans l’année.

En cas d’intoxication aigue (surtout en sniff) ils peuvent être responsables de troubles de la perception, voire d’hallucination et de coma.

L’utilisation prolongée provoque une dépendance physique, psychique, et une tolérance. Les conséquences sont lourdes : neurologiques, (polynévrites, détérioration des capacités mentales), gastriques, rénales, pulmonaires.