Glossaire Chemsex

Actifs : Lors d’une sexualité pénétrative, pratique consistant à pénétrer un homme avec son sexe ou un objet.

Backroom : Une backroom, appelée aussi darkroom, est une salle où, dans certains bars libertins, les consommateurs peuvent se rencontrer dans la pénombre ou l’obscurité pour des relations sexuelles, sans pour autant se déshabiller.

Barebacking : un terme décrivant les rapports sexuels sans préservatif, utilisé plus couramment par les hommes homosexuels.

Cathinones : famille pharmacologique regroupant de nombreux nouveaux produits de synthèse (NPS, voir ce terme). La cathinone est à l’origine une substance naturelle psychoactive contenue dans la feuille de khat.

Changement d’état civil : Premier pas de la transition sociale : changer généralement son prénom sur les documents d’identité.

Chems : colloquially derived from ‘chemicals’ referring to crystal methamphetamine, mephedrone and GHB/GBL
GHB (Gammahydroxybutyrate) or the more commonly used GBL (Gammabutyrolactone) : appelé simplement « G » ou « Gina ». Une drogue désinhibante populaire dans les soirées chillout, les clubs et pour ChemSex. C’est un liquide clair injecté (dosé en “coups”) par voie orale en millilitres et permet aux utilisateurs de se sentir défoncés, confiants et excités sexuellement. Un solvant industriel avec des propriétés de formation de dépendance physique ; un dépresseur, mais peut avoir des effets stimulants (de la même manière que l’alcool peut être pris pour ses effets stimulants).

Chemsex ; a term invented by gay men on sexual networking platforms : Aussi appelé; « PnP » (Party and Play), « HnH » (High and Horny), « chill-outs », « chill-out party », « chills ». Termes faisant référence à certaines drogues utilisées dans des contextes sexualisés par des hommes homosexuels. Adopté par le secteur de la santé pour identifier l’usage sexualisé de certaines drogues par les populations vulnérables à une forte prévalence du VIH/VHC/IST

Chillout : un rassemblement dans une maison privée où des drogues telles que la méphédrone, le G et le crystal meth peuvent être consommées. Les chillouts peuvent souvent se transformer en soirées sexuelles lorsque les utilisateurs sont excités par la consommation de drogue.

Coming out : Raccourci de l’expression coming out of the closet = sortir du placard, est l’annonce volontaire d’une orientation sexuelle ou d’une identité de genre. Il existe plusieurs coming out : à la famille, aux ami·e·s, au travail.

Craving : Envie irrépressible de consommer

Crusing : Bar le plus souvent fréquenté exclusivement par des hommes, ayant une ou plusieurs salles destinées aux pratiques sexuelles.

Crystal meth (‘Tina’ ‘crystal’ ‘meth’ ‘ice’) : une drogue qui se présente sous forme de roches cristallines et qui est fumée en brûlant la roche dans une pipe en verre, « butinée » (analement), injectée par voie intraveineuse ou (rarement) réduite en poudre et sniffée.

Deadname : Nom donné à la naissance et rejeté, car renvoyant à l’assignation.

Descente : La phase où l’effet des produits (drogue) disparait. Cette phase peut-être plus difficile en fonction des produits consommés et de la quantité de produit absorbée.

Fist ou fist-fucking : pratique sexuelle consistant à pénétrer le vagin ou le rectum avec le poing.

G : GHB

G-hole : C’est le principal risque avec le GHB/GBL/BD. Un G-hole arrive en cas de surdosage, car la marge entre les quantités nécessaires pour obtenir les effets recherchés et celles entraînant des effets indésirables est très faible. Il peut provoquer des nausées, des vomissements, des vertiges, une somnolence, une détresse respiratoire et une perte de connaissance (« G-Hole ») dont l’usager sort habituellement en quelques heures sans séquelle, mais en ne gardant le plus souvent aucun souvenir de ce qui s’est passé après sa consommation.

Going under : Le G doit être mesuré avec soin car il s’agit d’un dépresseur et une trop grande quantité peut entraîner des utilisateurs à «s’effondrer», où ils commencent à convulser, à s’adapter et à se contracter, ou éventuellement à s’évanouir. C’est effectivement une surdose. Souvent associé à des problèmes de consentement sexuel ou à des agressions sexuelles.

Grindr/Scruff/Growlr/hornet et al : Applications utilisées par les HSH pour trouver des dates ou du sexe.

Hormones : Dans le cadre des transitions médicales de personnes trans, celles-ci sont souvent amenées à prendre des hormones dîtes sexuelles : oestrogène et progestérone pour les femmes trans, testostérone pour les hommes trans. On parle de THS (traitement hormonal de substitution) ou de THF ou THM (traitement hormonal « féminisant » « masculinisant »).

HSH : Hommes qui font du sexe avec les hommes

Lascar, Bears : Dans la communauté Gay, il existe des personnes fétiches.
– Lascar : personnes attirées par des hommes en jogging et basket.
– Bears : personnes attirées par des hommes à forte corpulence et poilu.

Lieu de rencontre extérieur : Lieu extérieur (bois, parking, plage, toilettes…) où des hommes se rencontrent pour avoir des rapports sexuels. Ces lieux sont souvent moins communautaires que les saunas ou les crusing.

Mégenrer : Utiliser un pronom ou des accords qui ne sont pas ceux utilisés par la personne.

Méphédrone : une poudre blanche bon marché largement utilisée pour le clubbing et le sexe ; sniffée en lignes, la méphédrone est également un désinhibiteur et est souvent désignée comme une drogue d’introduction pour le G ou le crystal meth. Drogue stimulante dont l’effet est similaire à celui des amphétamines.

NPS : Nouveaux produits de synthèse.

Outing : L’outing ou le déplacardage est le fait de révéler l’homosexualité, la bisexualité, la transidentité d’une personne sans son consentement, voire contre sa volonté.

Parachute ou “bombing” : voie orale

Partouzes : Relations sexuelles en groupe. Dans la communauté HSH, elles sont majoritairement organisées dans un domicile privé. Synonymes : soirée privée, touz.

Passif : Lors d’une sexualité pénétrative, pratique consistant à être pénétré par un homme ou un objet.

PEP : La prophylaxie post-exposition peut empêcher le VIH de s’installer dans l’organisme si elle est prise dans les 72 heures suivant l’exposition au virus. Il s’agit normalement d’une cure d’un mois de médicaments à dose quotidienne.

Plan chems : Pratique qui consiste à consommer des produits psychoactifs lors des rapports sexuels, le plus souvent des drogues de synthèses.

Plug ou “bump” : Dans le contexte du chemsex, le plug (ou booty bumping) désigne le mode de consommation qui consiste à insérer les produits mélangés avec de l’eau dans l’anus au moyen d’une seringue dont on a retiré l’aiguille ou d’une poire à lavement.

PrEP : La prophylaxie pré-exposition est un médicament quotidien (comprimé unique) dont il a été prouvé qu’il prévient l’infection par le VIH lorsqu’il est pris (conformément aux directives) par des personnes séronégatives, même si les préservatifs ne sont pas utilisés. Disponible dans certaines parties du monde sur ordonnance ou en ligne, mais actuellement non disponible gratuitement au Royaume-Uni par le NHS.

RDR : C’est la politique de Réduction Des Risques en direction des usagers de drogue qui vise à prévenir la transmission des infections, la mortalité par surdose par injection de drogue intraveineuse et les dommages sociaux et psychologiques liés à la toxicomanie par des substances classées comme stupéfiants. Elle est définie par la Loi n°2004-806, relative à la Politique de Santé Publique du Code de santé publique.

Sauna : Lieu de rencontre le plus souvent, avec un bar, un sauna, un hammam et un jacuzzi et des salles individuelles ou non, destiné aux rencontres sexuelles.

Sérophobie : Le terme de sérophobie est employé pour évoquer toute discrimination spécifique au VIH/sida. Elle signifie la peur, le rejet des PvVIH

Séropo : séropositif/ séronog = Séronégatif

Slam/ Slammer : injection seringue. Ne pas dire toxico. Consommation de psychostimulant en injection par certains HSH chemsexeurs. Le mot “slam”, signifie « claquer », renvoie à l’intensité et la rapidité des effets.

Slamming (to ‘slam’) : L’utilisation d’aiguilles/seringues pour injecter le crystal meth et la méphédrone directement dans la veine. (Cette pratique ne se fera jamais avec G car elle peut être fatale). Certains injecteurs partagent également le sang dans la seringue comme un fétiche/déformé par un désir d’intimité ou de danger.

Sling : Support suspendu en cuir et métal, permettant une position horizontale de l’un des partenaires.

Soumis : La soumission sexuelle est un jeu consenti de comportement, ou de rôles, qui se traduit par une attitude de passivité vis-à-vis du ou du·des partenaire·s dominant·s lors des rapports sexuels.

Trace : Une trace est un terme utilisé pour parler de la ligne de “drogue” qui est étalé afin que les personnes prennent certains Produits Psycho-Actifs en les sniffant par le nez (le sniff est une des façons de consommer des PPA).

Trans : Diminutif du terme transgenre : Personne qui n’est pas du genre qu’on lui a assigné à la naissance

Transition : Indifféremment utilisé pour désigner une transition médicale (hormones, chirurgies, autres) et/ou sociale et/ou administrative, la transition est l’ensemble des actes que va accomplir une personne trans afin de se sentir mieux dans son genre.

Transphobe : Discrimination/haine/aversion/rejet des personnes transgenre.

USD : Usage sexuel des drogues

3-MMC, 4-MMC, Cathinone de synthèse, définition du RESPAAD : Les cathinones de synthèse sont une famille de produits dérivés de la cathinone naturelle présente dans la plante de khat qui font l’objet d’un classement générique comme stupéfiant. On a dénombré plus d’une cinquantaine de cathinones différentes. Elles se présentent sous des formes variables allant des cristaux à des poudres de différentes couleurs. Elles sont le plus souvent sniffées ou ingérées, mais dans le contexte du chemsex elles peuvent être aussi injectées (slam, cf. infra) ou insérées dans l’anus (plug, cf. infra). Leur achat est très facile sur Internet et elles sont très peu chères comparées aux autres produits (MDMA/ecstasy, cocaïne ou méthamphétamine).
Les effets recherchés sont l’euphorie, la désinhibition, l’empathie, l’augmentation de la sensualité, la performance sexuelle.
Les cathinones de synthèse les plus connues sont :
– la méphédrone (« 4-MMC », « miaou miaou », « meow meow », « miaow miaow », « MCat », « MPK », « meph », « drone », etc.)
– la«3-MMC»
– la«4-MEC»
– la« MDPV»
– la méthylone (« bk-MDMA »)
– les mélanges de cathinones vendus sous les noms « NRG-1 », « NRG-2 », « NRG-3 », etc.
Les cathinones de synthèse provoquent un très fort craving (envie irrépressible d’en reprendre).
Le principal risque avec les cathinones de synthèse est la survenue de troubles psycho-comportementaux tels que des crises de panique prolongée, des « crises de parano » avec sentiment de persécution, des hallucinations, des délires, des idées suicidaires, des troubles dépressifs