Appel à projets 2022 : « Mobilisation des jeunes, pour les jeunes »

Vous êtes ici : Accueil » Appel à projets 2022 : « Mobilisation des jeunes, pour les jeunes »

L'appel à projets "mobilisation des jeunes, pour les jeunes"

Dans la continuité de 2021, et toujours en réponse aux effets de la crise sanitaire, économique et sociale liée à la Covid 19, cet appel à projets, portés par les CPAM sur la base d’un cahier des charges national, vise le financement de projets de prévention primaire de renforcement des facteurs protecteurs à destination des jeunes, en termes de conduites addictives en lien avec des problématiques de santé mentale, mobilisant autant que possible les jeunes eux-mêmes dans la mise en place des actions. Les caisses d’assurance maladie ont jusqu’au 22 juillet pour remonter les projets qu’elles auront analysés, en association étroite avec l’ARS pour éviter toute redondance avec les projets que l’on soutient par ailleurs. Il a été convenu une validation consensuelle CPAM, DCGDR et ARS.

DESCRIPTIF DE L’APPEL A PROJETS

Objet : dans la continuité de 2021, cet appel à projets vise le financement de projets de prévention primaire de renforcement des facteurs protecteurs à destination des jeunes, en termes de conduites addictives en lien avec des problématiques de santé mentale, mobilisant autant que possible les jeunes eux-mêmes dans la mise en place des actions
Public cible : jeunes (16-30 ans) en situation sociale défavorisée ou de vulnérabilité.

CADRE GENERAL

En cohérence avec la Stratégie Jeunes de l’Assurance maladie, cet appel à projets repose sur une approche de promotion de la santé, en se focalisant sur les déterminants de la consommation de substances psychoactives et des usages problématiques des écrans, jeux vidéo, jeux d’argent et de hasard, en lien avec la santé mentale des jeunes, afin de déployer des actions de renforcement des facteurs protecteurs sur lesquels il est possible d’agir.
Les projets permettant de mobiliser les jeunes eux-mêmes dans la mise en place d’actions collectives et dans une logique d’ « aller vers », ainsi que dans leur milieu, sont particulièrement attendus.
Les acteurs sont nombreux à mener des actions de proximité sur la thématique des addictions pour les jeunes et aussi en lien avec des problématiques de santé mentale. Aussi, le présent AAP n’a pas pour objet de venir en redondance des actions déjà mises en oeuvre par les ARS, l’Education nationale ou les collectivités territoriales, mais en complémentarité ou en soutien à des besoins d’actions non couverts à ce jour dans les différents territoires. Les projets devront répondre à des besoins identifiés en lien avec les partenaires locaux et les priorités retenues sur les territoires. Pour ce faire, ils devront se déployer en association étroite avec les ARS, les préfectures et les collectivités territoriales, notamment via les Contrats locaux de santé, les Conseils locaux en santé mentale, les projets des cités éducatives, etc.
Les porteurs de projets doivent être à but non lucratif et n’avoir aucun lien avec l’industrie du tabac (article 5.3 de la CCLAT), les opérateurs des filières d’offre d’alcool ou de cannabis, l’industrie des jeux-vidéo ou l’industrie des jeux d’argent et de hasard.

OBJECTIFS SPECIFIQUES

Les actions de proximité retenues devront contribuer à répondre à l’un ou plusieurs des objectifs spécifiques ci-après :
1. Valoriser les initiatives des jeunes en s’appuyant sur leurs atouts, leur capacité à construire eux-mêmes des réponses dans la lutte contre les addictions.
2. Promouvoir des comportements favorables à la santé notamment par des actions collectives conduites par les jeunes eux-mêmes (particulièrement par des actions de pairs à pairs) et dans leur milieu.
3. Renforcer l’environnement protecteur des jeunes par l’outillage/soutien des professionnels et la sensibilisation des parents.
4. Améliorer l’information et la compréhension des jeunes sur les risques des consommations/usages et les bénéfices liés à leur arrêt ou leur réduction.
Accompagnement à la vie festive (optionnel)
En fonction des besoins non couverts sur le territoire identifiés par les acteurs locaux, notamment par l’ensemble des partenaires intervenants auprès des apprentis, lycéens et étudiants, cet appel à projets peut financer en complément et si nécessaire, des projets de renforcement de l’environnement protecteur accompagnant la vie festive, par exemple les activités sportives et extrascolaires, l’organisation de moments de convivialité, la journée d’intégration à l’université etc.
Ce n’est qu’à la condition de déposer un projet répondant aux objectifs opérationnels sus-cités de ce cahier des charges, qu’il sera possible de proposer une ou plusieurs actions d’accompagnement à la vie festive.

cahier des charges